• 29 septembre - Andong, suite du festival des danses masquées


    Ce deuxième jour du festival d’Andong est aussi le dernier que nous passerons dans cette ville, car le retour en France approche et nous avons encore quelques courses à faire, à Pohang.

    Les masques sont une partie très importante du patrimoine culturel de la ville d’Andong. On a même érigé sur le site du festival une statue monumentale du noble Yangban.

    A coté des spectacles, de nombreuses boutiques proposent aux badauds les habituels produits coréens, folkloriques où à manger. On y trouve aussi des spécimens plus étranges tel cet authentique indien d’Amérique noyé dans invraisemblable bric-à-brac et qui joue d’une flute elle aussi authentiquement péruvienne.

    Ou cette tour Eiffel criante de vérité.

    Nous avons décidé de rester sur le site principal du festival et d’assister aux prestations de troupes venues de différents pays.

    Les premier à passer viennent d ‘Ouzbékistan Le Sirdaryo Navolari propose une pantomime avec de forts jolis costumes.

    Bien dans l’esprit du festival, les danseurs sont tous masqués à l’exception d’une jeune fille qui campe le rôle d’un automate.Ainsi seul le visage visible est celui d'une machine, celui des  humains étant caché. J’avoue ne pas avoir compris grand-chose à l’histoire.On touche là une des lacunes du festival, très peu d’informations sont fournies sur les spectacles donnés sur scène. Les nombreux personnages, sans doute ancrés dans la tradition de leur pays d’origine, évoluent avec grâce. 

     

    Le groupe exécute ensuite la danse des paniers où les danseuses font preuve d’une belle adresse.

    Les ouszbek sont les seuls, avec les groupes coréens, à être accompagné sur scène par des musiciens, tous les autres que nous verrons  utilisent de la musique enregistrée, ce qui ôte, à mon avis, beaucoup de qualité à leur prestation.

    C’est une troupe de danseurs russe qui succède aux Ouszbek. Après une courte danse masquée symbolisant l’hiver,  les danseurs se livrent à une belle performance physique avec des sauts impressionnants. Le maigre public présent apprécie.

      

      

    On ne peut pas en dire autant des Lettones qui suivent. En grand nombre et vêtues de longue robes bleues, elles exécutent une chorégraphie moderne. Le public, comme nous, est dubitatif.

    Le groupe suivant, venu de Malaisie, porte les costumes traditionnels de ce pays et exécute des danses folkloriques. Là non plus, pas de masque.

      

    La séance de l’après midi commence avec une autre troupe coréenne qui donne le Bukcheong Lion Dance drama. On y retrouve certains des personnages de la danse d’Hahoe. Les masques sont plus simples et fait de papier mâché en une seule pièce, alors que près de la moitié des personnages d’Hahoe ont un masque taillé dans le bois en deux pièces avec un menton articulé qui les rend bien plus expressifs.

      

      

      

    La danse est une succession de tableaux. Si une trame narrative existe, je ne l’ai pas perçue. Enfin, les lions qui font une brève apparition au début de la danse d’Hahoe, occupent ici une place bien plus importante et réalisent une performance physique. Les deux personnes qui animent chaque animal sont en sueur à la fin du spectacle.

    Les danseurs sont accompagnés sur scène par des musiciens jouant sur des instruments traditionnels. Les tambours (buk) et gong (jing) sont accompagnés par quatre flûtes de bambou.

    Nous regarderons en suite deux groupes venus du Mexique et d’Indonésie, résolument moderne, qui n’ont pas déclenché l’enthousiasme du public.

    Les indonésiens portaient des masques faits de chapeaux traditionnels, c’est à travers les mailles de ces chapeaux que les danseurs voyaient devant eux.

     




    Demain, départ pour Pohang, puis après quelques emplettes, retour en France dans trois jours.

    Pour voir les toutes les photos prises ce jour, cliquez sur l'appareil photo ci-dessous

    29 septembre - Andong, suite du festival des danses masquées


  • Commentaires

    1
    Jean-Jacques Bekuit
    Mercredi 26 Décembre 2012 à 02:00

    waoh! la bouffe miam! miam. tout cela donne l'envie de visiter.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :